La filière Forêt-Bois appelle les candidats à l’élection présidentielle à se positionner et s’engager sur 7 mesures clairement identifiées.

Valoriser la ressource bois nationale et encourager les usages sectoriels non-délocalisables

  • Créer un poste de délégué interministériel Forêt-Bois auprès du Premier Ministre, garant d’une stratégie de filière partagée par l’ensemble des Ministères
  • Obtenir des engagements des bailleurs publics et privées pour favoriser l’usage du matériau bois dans la construction et l’aménagement urbain

Soutenir l’attractivité des métiers du bois et préserver les savoir-faire industriels et forestiers

  • Reprendre et étendre le modèle de la Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences ou des Engagements de Développement et des Compétences territoriaux selon le choix de chaque branche,
  • Réinvestir dans la formation à la foresterie française et aux métiers de la filière,
  • Financer et agir en faveur de la relocalisation de l’industrie de transformation du bois en France

Accéder plus facilement et intensifier les dispositifs publics de soutien à l’investissement / innovation

  • Faciliter l’accès au Programme des Investissements d’avenir et intensifier l’action de Bpifrance en faveur de la filière bois sur le modèle du Fonds Bois
  • Préserver les financements du FCBA ou des Centres Techniques Industriels
  • Créer un dispositif de provision pour investissements pour accélérer l’investissement,
  • Prolonger le dispositif de suramortissement
  • Conforter la recherche forestière et la sylviculture

Favoriser la compétitivité des entreprises notamment les TPE et PME

  • Les dispositifs d’allègement des charges sociales doivent être pérennisés et simplifiés
  • Les dispositifs type CICE relatifs à la baisse des charges sociales doivent dynamiser et ouvrir la voie à la conquête de nouveaux marchés pour la filière

Simplifier et ne pas « sur-transposer » les directives européennes

  • Ne pas aggraver le déficit de compétitivité de la filière française par des normes trop contraignantes et lancer un audit sur l’ensemble des surtranspositions (exemple poussières de bois, formaldéhyde, etc)
  • Inscrire à l’agenda communautaire l’élaboration d’une directive européenne définissant les matériaux renouvelables

Valoriser les aménités positives de la filière et engager une initiative massive de replantation

  • Rendre active la taxe carbone à 30€/t de CO2, associer la filière aux évolutions de cette taxe, rendre opérationnel le marché carbone européen
  • Pour porter l’urgente nécessité de replanter et assurer le renouvellement des forêts de demain : flécher 1€/t de carbone de la CCE vers la filière et abonder le Fonds stratégique de la forêt et du bois à hauteur de 150 millions d’€/an.

Encourager de nouvelles formes de mécénat

  • Encourager les entreprises françaises à investir en mécénat ou par des aides à la compensation carbone (à définir) dans la replantation,
  • Associer l’Etat et les professionnels de la filière à un dialogue sur la bioéconomie
  • Favoriser les actions vertueuses dans la filière Forêt-Bois grâce à des mécanismes innovants de compensation carbone pour les entreprises émettrices.

Télécharger le livre blanc…

 

Share This