Les chiffres récents des douanes chinoises montrent l’hémorragie du chêne français. Entre janvier et mai 2021, il est parti 187 167 m3 de chêne français en Chine directement de la forêt française sans aucune transformation, soit + 42% par rapport à 2020. La Chine n’est pas le seul pays à venir siphonner la forêt française. Depuis le début de l’année, plus de 30% de la récolte de chêne a quitté le sol français sans aucune transformation ni valeur ajoutée. Les douanes françaises indiquent plus de 230 000 m3 sur 5 mois, toutes destinations confondues. La forêt privée constitue de loin la principale source d’approvisionnement des traders et négociants avec près de 200 000 m3 estimés sur 230 000m3 sur 5 mois seulement (données douanières et données issues des ventes publiques et privées de bois coïncident). 230 000 m3 de forêt exportée sans transformation, c’est aussi une aberration écologique : 300 000 tonnes de CO2 déstocké du puit de carbone. C’est l’équivalent de près de 800 millions de kilomètres en voiture et 19 000 fois le tour de la planète. Le même bois transformé en France aurait permis le stockage définitif de 276 000 tonnes de CO2 au moment où la France se trouve condamnée par le Conseil d’Etat pour inaction climatique.

Les chiffres des douanes chinoises confirment également la propagation de l’hémorragie au secteur des résineux. Entre janvier et mai 2021, il est parti 276 499 m3 de résineux français en Chine directement de la forêt française sans aucune transformation. C’est + 66% par rapport à 2020.

Cette aberration économique et écologique est rendue possible par l’absence de répondant des pouvoirs publics français et européens. La Roumanie, qui vient de prendre une interdiction d’exportation, voit ses expéditions s’effondrer depuis mars. Le bois est une ressource stratégique et essentielle convoitée. L’hémorragie observée concerne toute l’économie européenne et pas seulement la filière forêt bois.

Source : FFB

 

Share This