Prospective 2025 de la FFB : enfin l’émergence du BIM ?

19 Déc 2016

Avec « Prospective bâtiment 2025 », la FFB a travaillé sur les probables transformations de la filière à l’horizon de dix ans et ambitionne d’aider les artisans et les entreprises du bâtiment à affronter le changement, à anticiper les innovations. Parmi eux, le BIM devrait affecter tous les acteurs et toutes les étapes du processus de production. Le BIM devrait également permettre de traquer les interventions et gestes inutiles, les réponses et démarches inappropriées, les goulots d’étranglement…

Le choc du BIM devrait déboucher sur un bouleversement de la conception et de la construction, avec l’explosion du modulaire sous forme de sous-ensembles en préfabrication hors chantier, comme les panneaux avec intégration de fonctions et choix de matériaux optimaux.

Il devrait aussi provoquer un bouleversement dans les achats, en cohérence avec les bouleversements dans les modes constructifs. L’impact de cette tendance sera d’autant plus marqué que les coopérations s’effectueront en amont. L’automobile montre comment la coopération entre des fournisseurs de rang 1, puis 2, puis 3 ou 4 a fini par se traduire par l’émergence de « systémiers » qui ont fait baisser les coûts de façon considérable. Le logement collectif et le non-résidentiel pourraient connaître, de manière amplifiée, la révolution qui s’est déjà opérée dans l’individuel. Elle prendrait tout simplement une autre ampleur et une autre profondeur dans l’organisation.

La logistique des chantiers devrait subir une révolution. La situation actuelle présente trop souvent des traits caractéristiques qui amputent la valeur ajoutée : faible coordination ; défauts de livraison ou stock pléthorique ; perte de temps et donc d’argent ; vols, pertes et coulages ; etc. Là encore, l’industrie démontre qu’une coopération entre sous-traitants, fournisseurs et logisticiens permet une gestion optimale des flux entrants et sortants. Des spécialistes estiment qu’une gestion appropriée de cette logistique permettrait de réduire les coûts de l’ordre de 10

La robotisation devrait émerger.

La révolution BIM pourrait se traduire par une réduction massive des coûts à l’horizon de dix à quinze ans, ce qui est loin d’être neutre. La diffusion sera progressive et elle n’affectera ni tous les chantiers, ni toutes les entreprises au même rythme. On peut même supposer qu’une large part des plus petites structures, intervenant sur le segment de la rénovation courante chez les particuliers, ne resteront concernées qu’indirectement, au travers de la transformation générale des logiciels qu’elles utilisent, des relations qui les lient à leurs fournisseurs, etc.

Share This