Le Conseil national de l’Ordre des Architectes a publié la deuxième édition de son observatoire démographique et économique de la profession d’architecte « Archigraphie ». Réalisée par le CREDOC, cette étude dresse le profil d’une profession qui entame une sortie de crise.

Malgré la forte crise économique qui a touché le secteur, les architectes ont su maintenir leur part de marché qui s’établit à 42 % de l’activité du bâtiment. Depuis 2006, la répartition du montant total des travaux entre neuf et entretien-amélioration semble être stabilisée. Ainsi, près des trois quarts des travaux réalisés par les architectes concernent l’activité de conception de bâtiments neufs alors que les données relatives à l’ensemble du secteur du bâtiment, montrent une proportion inverse: 43 % des travaux portent sur des structures neuves et 57 % sur l’entretien et l’amélioration en 2014.*

 

L’activité des architectes se maintient dans le collectif mais reste en repli sur le marché du logement individuel
L’impact de la crise économique est visible quel que soit le type d’ouvrage. Ainsi, les deux principaux types d’ouvrage (logements/hors logements) ont vu leur montant de travaux diminuer en 2009, puis repartir à la hausse en 2010 et 2011. En revanche, depuis 2012 le montant total de travaux hors logements est resté relativement stable (oscillant autour de 29 milliards d’euros) tandis que le montant total de travaux de logements s’est contracté (23,8 milliards d’euros en 2014 contre 25,5 milliards d’euros en 2012). Ce repli s’explique par l’orientation à la baisse du marché de la construction de logements individuels. En effet, les montants de travaux enregistrés par les architectes pour ce type d’ouvrage accusent une baisse de 19 % entre 2012 et 2014 (les travaux de logements individuels s’élèvent à 7,3 milliards d’euros en 2014 contre 9 milliards en 2012). En 2014, les montants de travaux générés par la construction de logements collectifs représentent 69 % des travaux de logements enregistrés par les architectes contre 59 % en 2008.
*L’observatoire utilise les données de la Mutuelle des Architectes Français (MAF)

 

Share This