David Marchal, Chef de service adjoint Réseaux et Energies Renouvelables à la Direction Production et Energie Durable (DPED) de l’ADEME, répond à la question : quels seraient les avantages liés au développement de l’autoconsommation dans la filière solaire photovoltaïque ?

Actuellement, le système de soutien au photovoltaïque incite le producteur d’électricité à injecter sur le réseau la totalité de sa production et à acheter à son fournisseur l’intégralité de sa consommation. Comparativement, l’autoconsommation, qui revient à consommer sa propre production, comporte certains avantages notables :

  • Réduire la pression sur le réseau électrique, en incitant le développement d’installations PV là où l’énergie peut être consommée sur place,
  • Diminuer les pertes de distribution et transport d’électricité grâce au rapprochement entre lieu de production et de consommation,
  • Sensibiliser le producteur à sa consommation d’électricité,
  • Proposer un mode de financement du PV complémentaire au dispositif historique, basé sur la revente totale de l’électricité produite.

Par ailleurs, l’autoconsommation se révèle particulièrement pertinente dans les zones où le réseau est contraint (Zones Non Interconnectées) et dans les bâtiments où la production et la consommation sont bien corrélées (supermarchés, entrepôts frigorifiques, certains bureaux…).

Pour autant, dans les conditions actuelles, avec des prix de l’électricité relativement faibles, l’autoconsommation n’est pas rentable pour le producteur d’électricité. Un mécanisme de soutien et d’encadrement de l’autoconsommation ayant fait l’objet d’une concertation publique est actuellement étudié par le gouvernement français.

Source : Ademe

Share This